Triathlon : l’importance de la technique en natation

Triathlon : l’importance de la technique en natation

L’importance de la technique en natation

La natation est souvent le sport qui fait le plus angoisser le triathlète. Pourquoi ?

En  effet, ce sport contrairement à la course à pied ou au vélo est loin d’être naturel. Tout un panel de paramètres techniques rentre en compte avant de pouvoir travailler sa vitesse et son endurance.

Dans un premier temps il faut accepter que tous nos repères de terriens soient modifiés.

  • Nous n’avançons plus avec les jambes, mais avec les bras
  • Nous ne nous équilibrons plus avec les bras, mais avec les jambes
  • Notre respiration dans l’air se fait inconsciemment alors que dans l’eau elle doit être maitrisée et réfléchie ( sinon c’est la tasse assurée)
  • Nous passons d’un mode de déplacement vertical à horizontal

Alors que nous marchons et courrons quotidiennement depuis notre enfance, la natation s’apprend généralement plus tard ( au plus tôt est le mieux pour maitriser la technique )

Dans un second temps, la résistance à l’avancement, l’eau étant 800X plus dense que l’air il faut diminuer un maximum les résistances en travaillant sa posture et sa technique pour un avoir le corps le plus projectile possible.

Ensuite le trajet moteur sous l’eau qui doit être le plus optimal possible sans quoi l’efficacité sera moindre et la fatigue plus précoce, il faut donc travailler le corps propulseur.

C’est pourquoi il est indispensable d’acquérir une technique efficiente grâce aux différents éducatifs que peuvent exister. Et ce n’est qu’ensuite que vous pourrez commencer à intégrer des séries d’allure pour travailler physiologiquement.

Chaque éducatif a pour but de travailler un point précis sur la technique de nage. En voici  un exemple parmi tant d’autres :

  • Educatif POPOV :
    • Travail technique qui permet de se concentrer sur le relâchement du bras lors du retour aérien et de fixer son appui lors de la prise d’eau au moment où la main rentre dans l’eau. C’est un mouvement de crawl ou il y a un temps d’arrêt lorsque le bras est devant en train de prendre l’appui, en effet à ce moment-là, le nageur doit réaliser quelques petites godilles pour bien fixer son bras et prendre la plus grosse masse d’eau possible. En même temps l’autre bras est en l’air le plus relâché possible.

 

Pour bien effectuer cet exercice, un travail de jambes est aussi important afin de rester gainé et être le plus possible à la surface de l’eau.

 Article écrit par Pierre Aeschlimann | Ambassadeur Triathlon Kiwami Racing Team

 

Deutsch