20-Frenchman-Castel-L-3123-1080x675

Triathlon International de Deauville 2020

Triathlon International de Deauville 2020

riathlon International de Deauville 2020

Compte-rendu de course

Cédric Ludet, ambassadeur Kiwami Racing Team

Avant-course :

Suite aux bouleversements de la saison, j’avais fait de Deauville mon objectif principal de la saison 🎯. Coup de chance, la course a été maintenue malgré les milliers de participants 🍀. Les 3 semaines depuis le half de Casteljaloux ont été très cool avec principalement de la récup et quelques rappels d’allure (et une D2 de duathlon… 😅). Le parcours vélo étant plutôt technique, je suis venu le reconnaître fin juillet sous le soleil et la chaleur normande. Tout le contraire des conditions prévues pour le week-end : vagues, gros vent et averses…

💨 Sans grande surprise, les arbitres nous annoncent à l’entrée du parc que la natation est annulée et remplacée par un 5km à pied avec 500m à parcourir sur le sable au départ. Décision qui m’avantage à moitié, certes je ne suis pas un excellent nageur, mais il y a des gros cyclistes/coureurs sur la start-list à qui je comptais mettre un max d’écart en nat’…

1ère course à pied : 4,2km.

Covid oblige, le départ se fait en rolling-start, 6 athlètes toutes les 3 secondes. Placé en 3ème ligne, il me semble évident que je n’aurais pas vraiment de difficulté à rattraper la tête de course partie 6sec devant. Ça part, je fais direct l’effort dans le sable pour revenir, 100m… 200m… « Mais 🤬 ça revient pas », les types sont partis comme des brutes devant 🐗. Je coupe l’effort et me cale au train. Ayant choisi de ne pas mettre la montre, je me régule aux sensations. Je reste prudent et en garde sous le pied n’ayant jamais couru plus de 21km dans une journée… Une dizaine de gars me double sur les 4 kms suivants. Je commence à douter si c’est moi qui suis à l’arrêt ou les autres en surrégime. J’aurais vite la réponse sur le vélo 🤷‍♂️. Au final, il n’y avait que 4,2km : 15’03 sur les résultats, 20ème temps et du 3:35/km (je prends 1’22 par la tête de course, les mecs n’avaient pas le time 😬).

Vélo : 88km en 2 boucles // 1170 D+

Une transition rapide et ça part en vélo. A peine 2km et déjà la côte Saint Laurent avec ses passages a plus de 15% 📈 ! Les jambes répondent vraiment bien et je rattrape très vite plusieurs concurrents. 1ère grosse descente, des ralentisseurs en plein milieu et paf je perds 1 gel et 1 pâte de fruit d’un coup… 🤦‍♂️ Très vite un petit groupe de 3 se forme (aux distances réglementaires) avec un belge et Pierre-Yves Facomprez, c’est la 1ère fois que je me retrouve dans cette situation ; souvent habitué à rouler seul après la natation. Le rythme est bon, les nombreuses bosses s’enchaînent, nous rattrapons un autre belge qui rejoint le train et le 1er tour passe à une vitesse folle. Second passage dans la côte Saint-Laurent, une ambiance digne d’une étape de montagne sur le Tour de France, on nous annonce de la 6ème à la 9ème place ! 🎉 60ème km je sors une barre de céréale, croque une boucher, prend un nid de poule et fait tomber la barre… 🤦‍♂️ Il ne me reste alors plus qu’un gel pour les 28 derniers kms et pas de ravito solide à cause du covid… Je comprends vite que la fin va être compliquée… Je me porte à la hauteur de Pierre-Yves dans la bosse de Reux pour lui demander si il a des barres en trop, négatif il ne se sert que de ses bidons pour s’alimenter… Et ce qui devait arriver, arriva… 74ème km, faux plat montant, les étoiles dans les yeux apparaissent ✨, je suis obligé de lâcher le groupe… Je finirai le parcours vélo en limitant la casse et poserai le vélo 9ème. 2h25’35 (9ème temps) et 36,4km/h de moyenne, c’est bien au-dessus de mes espérances d’avant course 🔝. Mais une petite pointe de déception car je sais qu’avec la forme du jour il y avait moyen de faire mieux sans l’hypo…

2ème course à pied : 20,7km en 4 boucles

1er réflexe en descendant du vélo, prendre un des gels que j’avais laissé au parc. Je pars aux sensations, toujours sans la montre, les jambes répondent bien mais je n’ose pas accélérer de peur de retomber en hypo. Heureusement des gels sont proposés aux ravitos tous les 2,5km environ 😋. Un concurrent me double, je repasse en 10ème position. Mon objectif étant le Top10, je me dis que je n’ai plus le droit à l’erreur désormais… Un demi-tour me permet de juger l’écart avec le 11ème, c’est Quentin Kurc-Boucau ! Il est environ à 1’30 et je sais que je peux courir au moins aussi vite que lui, la confiance remonte. Les kilomètres s’enchainent et l’allure tient mais je n’ose toujours pas accélérer avec cette sensation de faim… Je reprends une place au 15ème km, le moral remonte en même temps et j’arrive à allonger la foulée 🐎. Dernier tour plus rapide que les trois premiers et je franchis la ligne en 4h07’36 et 9ème position, objectif atteint ! 😁 J’aurais pris au total 7 gels sur les 20 bornes au lieu des 2 ou 3 habituels 🐷. Malgré ça la sensation de faim m’aura accompagné tout le long du parcours. 1h24’24 (19ème temps) et 4:05/km. Ce n’est pas du tout ce que je visais à l’entrainement mais l’essentiel n’est pas forcément là. Je viens de battre des gars qui me devançaient systématiquement l’année dernière et la majorité des gars devant sont pros ou semi-pros. J’ai trouvé ma motivation pour l’hiver 💥.
Bonus : je gagne mon dossard pour l’année prochaine, promis je rangerai mieux mes gels 🙈
Dernière course de la saison samedi matin sur la Coupe de France de duathlon suite à l’annulation du Frenchman le 11 octobre…
Merci à Sab, Guillaume, ses parents, Antoine et Marie pour les encouragements tout le long du parcours ! 👌

Un grand merci à mes partenaires

Roues RAR, Paris Bike Company, Tā Energy et Kiwami Sports de m’avoir soutenu en cette saison si particulière ! 🙏
Deutsch