Trail-running : conseils et astuces pour bien préparer et gérer votre 1er trail long et ultra-trail. 

Trail-running : conseils et astuces pour bien préparer et gérer votre 1er trail long et ultra-trail. 

Trail-running : conseils et astuces pour bien préparer et gérer votre 1er trail long et ultra-trail. 

Conseils et astuces pour bien préparer et gérer votre 1er trail long et ultra-trail. 

Quand on se lance sur son premier trail long ou ultra-trail, beaucoup de choses peuvent interférer pour atteindre le but final : être finisher (franchir la ligne dans les délais impartis).

Après s’être préparé pendant des mois, avoir tout organisé avec minutie, voilà LE week-end tant attendu. Pour être dans les meilleures conditions possibles, l’idéal est d’arriver deux jours avant le départ, surtout si le trajet jusqu’au lieu de la course est long. Cela permet de faire retomber la pression du voyage et de ses aléas. Vous pouvez également visiter la région mais surtout repérer les lieux des ravitos si vous avez quelqu’un qui vous suit !

Il est toujours agréable de prendre la température autour de la zone de départ la veille, en allant retirer son dossard.

Un des premiers pièges à éviter est « la pasta party » de la veille du départ, prévue par l’organisation. Souvent, on en abuse alors qu’on n’a pas besoin de se charger en glucides. Plutôt manger au calme, avec un repas sans fruit ni légume, pour éviter les désagréments gastriques qui peuvent arriver sur du long. D’ailleurs, les 3 jours précèdant la course, il est préférable de ralentir voir supprimer les fruits (sauf compote) et légumes.

Un coucher tôt est souhaitable, même si l’on sait que très souvent, on a du mal à trouver le sommeil une veille de course. La nuit de l’avant-veille est plus importante, c’est pour cela qu’il est bien d’arriver un ou deux jours avant le départ.

Le matin de la course, prendre un déjeuner normal, il ne faut pas se goinfrer car la digestion se trouverait à s’effectuer pendant les premières heures de la course. Si le départ est en journée, prendre son dernier repas 3h avant l’heure fatidique, toujours en quantité « normale ». Eviter les céréales et les bananes et préférer le pain complet ou semi complet, beaucoup plus digeste.

Une des règles majeures sur du long : pendant la course, que cela soit au niveau alimentaire ou niveau vestimentaire, on ne teste rien de nouveau !

De la tête au pied, rien que l’on n’ait pas déjà porté sur 2 ou 3 sorties longues. Ni les chaussettes, ni le tee-shirt, même pas les dessous. Bien évidemment, pas de chaussures neuves !

Pour l’alimentation, c’est pareil, on ne prend que ce que l’on a l’habitude de prendre à l’entrainement, sans oublier le salé. Bien s’hydrater en essayant de garder le rythme d’une gorgée toutes les 10 minutes.

Au niveau du déroulement de la course, il est bien d’avoir étudié le profil et avoir fait une estimation de ses heures de passages pour savoir ce que l’on va mettre dans son sac pour les bases de vie, c’est essentiel. Ne pas hésiter à mettre de quoi se changer entièrement avec des couches supplémentaires pour passer la nuit au chaud ou parce que le temps en montagne change vite et l’on peut rapidement se trouver sous la pluie et le vent. Même mettre une paire de chaussure de rechange au milieu de la course peut soulager les articulations. On y met aussi de quoi manger et refaire le plein de barres et de boisson avec des gourdes.

Il faudra aussi se préparer les pieds les 3 semaines précédant le départ. Des crèmes existent pour cela (Nok,etc). Il faut y prêter une attention particulière car un grand nombre de coureur ne finissent pas leur course à cause d’énormes ampoules. 

 

Conseils de Samuel Techené | Ambassadeur Kiwami Racing Team Trail

Français